chantier avec engin de construction

Dans la construction aussi, la décarbonation est un enjeu-clé de 2022. Voici pourquoi !

February 23, 2022

Les démarches de réduction de l’empreinte carbone prennent de l’ampleur dans le BTP. Tour d'horizon des motivations des acteurs du secteur.


Parce que les exigences de la limitation des émissions de CO2 concernent tout particulièrement le secteur de la construction et des travaux publics 

Selon une étude réalisée par la FNTP et les cabinets Carbone 4 et Utopies, l’acte de construction des infrastructures représente entre 3,5 et 4 % des émissions de CO2 en France (environ 25 millions de tonnes). La FNTP a fixé une trajectoire de diminution de 40 % de ces émissions d’ici 2030, par rapport à 1990. Des experts ont identifié un certain nombre de leviers d’action dans les domaines de l’énergie, des matériaux, du numérique ou de la maintenance. 

Parce que les acteurs du bâtiment et des travaux publics sont invités aujourd’hui à réaliser un bilan carbone des chantiers 

Ce bilan leur permettra de disposer d’une vision précise de leurs émissions de gaz à effet de serre et de leur dépendance aux combustibles fossiles d’un chantier. Cette analyse peut s’appliquer à un chantier terminé ou en cours, à un projet, une étude de prix ou une offre technique. Le modèle de bilan carbone mis au point par l’ADEME prend en compte les émissions directes (combustion d’énergies fossiles, combustion de carburant, émissions des procédés industriels) et indirectes (consommation d’électricité, de froid ou de chaleur, matériaux, déplacements, déchets). Les acteurs concernés par le bilan carbone sont à la fois les entreprises de travaux publics, les maitres d’ouvrage et les maitres d’oeuvre. 

Parce que la combustion d’énergie fossile représente environ 20 % des émissions de CO2 d’un chantier 

À ce facteur d’émissions, il faut ajouter l’immobilisation des matériels (7 %) et la logistique de l’énergie (5 %). 

Parce que le choix, l’utilisation, la maintenance du matériel des chantiers constitue un enjeu important en matière de réduction de l’empreinte carbone 

L’Europe compte plus d’un million d’engins de construction et de camions de chantiers, dont la consommation moyenne est en moyenne de 300 litres de carburant par mois, soit grosso modo une consommation globale de 3,3 milliards de litres sur une année d’activité. Aux prix actuels du gasoil, cela représente une dépense de près de 5 milliards d’euros par an. 

Parce que les enjeux de la baisse de consommation des engins et véhicules de chantiers sont très élevés

Les enjeux pour ce parc, qui englobe aussi les engins utilisés dans des activités aux process industriels lourds (traitement de déchets, énergie, utilities…), concernent à la fois la diminution de l’empreinte carbone et une optimisation de la gestion et de l’emploi des véhicules, dans un contexte de recherche constante d’amélioration de la compétitivité des entreprises de ces secteurs. 

Êtes-vous prêt à relever ces défis ? Hiboo est à vos côtés pour réussir cette transition cruciale ! 

Suivez l'actualité de Hiboo, inscrivez-vous

Merci, un email vous a été envoyé. Veuillez confirmer votre inscription depuis l'email !
Oops! Un problème est survenu lors de l'envoi du formulaire.